Nouvelle adresse de mon site 

http://thierrydeparis.over-blog.com

 

 

Bug sur la messagerie de mon site

il faut m'écricre par Email à

contactezMoi-copie-1


 


Divers

Par thierrydeparis
Mardi 16 novembre 2010 2 16 /11 /Nov /2010 23:51

Communauté : gay video

video gay

 


Publié dans : Divers - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Par thierrydeparis
Mercredi 13 octobre 2010 3 13 /10 /Oct /2010 01:01

Communauté : Gay infos

recit gay de tom


Cela faisait plusieurs heures que je roulais à bord de ma voiture. Le voyage n’avait d’intérêt que pour ses paysages sur cette petite départementale. Depuis le début, je n’avais croisé que deux ou trois voitures sur cette route déserte.

Tout à coup, à la sortie d’un virage, une forme bizarre me surpris et m’obligea à freiner brusquement : un cycliste marchait, tenant son vélo à bout de bras dont un pneu semblait à plat. Au moment de le dépasser, je freina pour lui demander si il y avait un problème.

Je baissa la vitre du côté passager et vis un visage pénétrer dans l’habitacle. C’était un de ces visages virils, mal rasé, avec des mâchoires carrées. Il enleva alors son casque et je découvris une belle chevelure mi-longue d’un brun éclatant.

 

Je lui demanda si je pouvais lui venir en aide et il me rétorqua si le fait de l’emmener dans le prochain village ne me dérangeai pas. Je lui répondis que non et je lui fais signe de glisser son vélo dans le coffre. La prochaine localité était encore loin et nous devions rester quelques dizaines de kilomètres ensemble.

Le cycliste monta dans la voiture et nous démarions. Je lança aussitôt la conversation afin de faire tomber le blanc entre nous. Banalité oblige, on se présenta tour à tour. Mon invité se nommait Brian et était en première année de faculté. Agé d’a peine 20 ans, sa maturité physique m’étonna. Mais tout le blabla que je déblatérai n’avait qu’un seul but : calmer mes ardeurs. En effet, depuis ma rencontre avec Brian, mes yeux ne cessaient de balayer de haut en bas le corps du sportif : un torse moulé dans un tee-shirt dessinant des pectoraux et des biceps bien fermes, des cuisses énormes surmontées d’une entrejambe bien marquée. Bien entendu, je m’attardai longuement sur cette partie.

La réaction se fit peu attendre. Je sentais ma queue commencé à durcir dans mon jeans. Est-ce que Brian l’avait remarqué, je n’en sais rien ? Un moyen de savoir classique me venait en moi. Discrètement, je fis tomber un stylo sur mon fauteuil qui alla se caller entre mes cuisses. Me servant des virages comme excuse pour ne pas lâcher le volant, je demanda à Brian d’avoir la gentillesse de reprendre le stylo qui était malheureusement tombé. Je ne savais pas comment il allait réagir et ma surprise fût grande quand il s’empressa de glisser sa main entre mes jambes. Très vite il aurait pu récupérer l’objet perdu, mais cela ne se passa pas comme ça. De sa main, il commença à me caresser ma bosse à travers mon jeans. L’autre main, il la fit se diriger vers sa queue, qui elle, avait déjà enfler. C’était une double masturbation.


A croire que le jeune homme avait l’habitude puisqu’il s’empressa de me déboutonner la braguette. Ma queue, raide, était coincé dans boxer. Brian le tira et mon engin sortit brusquement de sa cachette. Quel bonheur ! Moulé dans mon jean, mon sexe était trop gonflé et je n’en pouvait plus.

Brusquement, Brian goba dans sa bouche ma queue alors que je continuais à conduire. J’étais hors de moi, mes yeux ne pouvaient plus se fixer sur la route et je décida de me stationner rapidement sur le bas-côté. Je lui fis signe de sortir de la voiture et de continuer nos affaires dehors et tant pis si des voitures passaient.

Je m’allongea sur le capot, le jeans et le boxer baissé et Brian continua son long travail de taillage de pipe tandis qu’il descendit son short cycliste. Je me redressa alors légèrement afin de pouvoir admirer cette longue tige qui me faisait face.

 

De ses bras musclés, Brian me retourna et j’y prenais plaisir. La face vers le capot, ma queue se plaque contre la voiture brûlante. Dès lors, Brian mouilla légèrement son gland et d’un coup de reins violent me pénétra. Cette douleur était jouissive et quelques à-coups plus tard, je me sentis éjaculer sur ma voiture. C’est à ce moment là que j’ai cru voir une voiture passer.

Pendant ce temps là, rien ne semblait pouvoir déconcentrer mon pénétreur. Ses va-et-vient consécutifs me limait littéralement mon cul ce qui me faisait rebander. J’étais comme dans un autre monde et je ne me rappelle plus le nombre de fois où le sperme a coulé de ma coup.


Le retour à la réalité se passa lorsqu’il s’extirpa de moi tout en continuant à me plaquer sur la voiture. D’un bref coup d’œil vers l’arrière, je le vis en train de se branler. Sa respiration haletante était de plus en plus intense, ses gémissement de plus en plus fort et c’est dans un râle puissant que Brian me gicla dessus. Du sperme avait réussi à atteindre mes cheveux.

Brian se coucha alors sur mon dos et son sperme rentrait en contact entre moi et son torse. Il se tortilla sur moi quelques minutes et je sentis que son érection avait disparu.

Sans bruit, nous remontâmes dans la voitures et quittions notre lieu de sexualité sauvage et bestiale.

 

a suivre


Publié dans : Divers - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Par thierrydeparis
Mercredi 13 octobre 2010 3 13 /10 /Oct /2010 01:00

Communauté : Gay infos

recit gay de tom

 

 

Michel et Marc sont amants depuis très longtemps. Marié tout les deux, ils n’ont jamais avoué leur penchant pour les hommes à leur épouse. Cela fait maintenant deux ans qu’ils se voient, régulièrement, en cachette. A chaque fois, ils louent une chambre dans un motel différent.

Les deux hommes ne sont pas des mordus de sexualité débordantes. Ce qu’ils aiment, ce sont les préludes, les quelques moments de tendresse avant l’acte sexuel, les lentes et douces caresses.

Aujourd’hui, nos amis avaient décidés d’explorer des sensations inconnues : l’univers des sens. Michel se porta volontaire.

 

Dès cet instant, Michel, c’est vous. L’action commence maintenant.

 Marc s’allonge sur le lit encore drapé. Il garde son vêtement sur lui puisque je lui ai demandé. Dans mon sac, je sors plusieurs cordes. Ils seront le lien entre Marc et le lit : Le corps écartelé, les poignets sont fixés aux barreaux de la tête de lit et ses chevilles au pied.

Pour accentuer ses sens, je lui place un bandeau sur son visage afin que son regard devienne aveugle.

Déjà je vois que le jeu fait son effet : les tétons de Marc transpercent sa chemise et son entrejambe gonfle dès lors.

Je monte sur le lit et m’assoie sur Marc, mon cul sur son bas-ventre et je sens que sa queue dans la raie de mon pantalon ce qui me fait bander.

Je m’allonge légèrement sur lui afin de lui biser ses lèvres. Je les mordille, les lèches. Je descends lentement vers son cou que j’embrasse avec délectation tel un vampire s’acharnant sur sa proie. Mes dents mordillent son menton, ses lobes d’oreilles. Puis, je remonte au visage tandis que mes mains caressent ses bras et gagnent doucement sa chevelure qui vient s’électriser sous mes massages.

 

Je me relève et déboutonne sa chemise. Ses poings se contractent. Sa respiration devient haletante et des légers bruits sont expulsés par sa bouche.

Une fois la chemise ouverte, je me recouche de nouveau sur le corps de Marc afin de lui mordiller ses tétons se dressant fièrement sur le torse. S’en suit une déferlante de baiser des pectoraux jusqu’au nombril.

De mon sac, je sors une bombe de crème fouettée. Je fais deux petits tas, un sur chaque tétons. Rapidement, je les gobe en faisant attention de mordre assez fort Marc afin de lui provoquer une petite décharge de plaisir.

Muni de ma crème, j’en mets dans ma bouche et je viens alors embrasser Marc. A l’aide de notre langue, nous mélangeons la crème fondante dans nos deux bouches. Une fois celle-ci disparu, je fais glisser l’embout de la bombe par la ceinture du pantalon de Marc et remplit son entrejambe de chantilly. Son sans ne fit qu’un tour dans son corps et Marc se trémoussa vigoureusement sur le lit, tout le temps bloqué par ses liens. Un son grave, à priori de plaisir sort de Marc.

 

C’est à ce moment là que je déboutonne les boutons de ma braguette. Je sors ma queue que j’amène vers la bouche de Marc. Je lui relève la tête et Marc gobe de suite mon sexe. Avec mon aide, je lui fais faire des va-et-vient avec sa tête.

Je sens mon jus commençant à monter. Je retire mon sexe de sa bouche.

Je décide de calmer les ardeurs de Marc en lui ouvrant la braguette et descendant son pantalon au niveau des cuisses. Je descend son boxer et découvre sa bite bien dure emballée dans la crème fouettée. Je fais une rapide fellation afin d’enlever le surplus de chantilly.

J’enlève mon pantalon et me retrouve le bas nu. J’enfile la queue de Marc dans mon cul et fait de lents mouvements de reins. M’excitant au fur et à mesure, j’accélère le mouvement jusqu’à éjaculer sur le torse de Marc.

Je continue pour emmener Marc vers la jouissance extrême. De sa queue, il dilate mon trou à l’extrême et je sens que son sexe est près à déborder. Et, c’est dans un cri puissant et viril que Marc me remplit mon cul de sa semence puissante.

Sans bruit, nous repartons chacun de notre côté quittons notre lieu de sexualité douce et sensuelle.

 

fin


Publié dans : Divers - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Par thierrydeparis
Dimanche 10 octobre 2010 7 10 /10 /Oct /2010 20:06

Communauté : Gay infos

recit de alluccard


 
 Nous sommes à la piscine Lionel et moi. Nous nous entraînions dans le bassin et nous faisions des plongeons pour nous amuser. Je ne manque pas une occasion de regarder le maillot de Lionel, là où il y à une bosse formée par sa queue. Je l'observe à chaque fois qu'il sort de l'eau pour se hisser sur le bord car son maillot descends un peu et me laisse voir des poils bruns. Je regarde aussi quand il se met en position de plongeon car à ce moment là, les bras tendus vers le haut, le maillot laisse entrevoir une partie de ses hanches. Je le trouve superbe!
Il à mon âge, 18 ans, et on est de super copains. C'est vrai que j'ai envie de le voir nu. Il m'excite et souvent je me branle en pensant à lui mais je n'ai jamais osé lui en parler. Quand il est étiré pour plonger, le maillot dessine encore mieux sa bite et ça m'excite terriblement.


Lorsque nous sortons de l'eau pour partir, nous prenons une douche. Là encore, je le regarde. Il se lave avec du savon et passe sa main dans son maillot pour nettoyer la queue. J'en fais autant, tout en me tournant face à lui pour qu'il voit ce que je fais sans en avoir l'air. Je vois qu'il regarde furtivement, mais ne dit rien. Nous partons dans le vestiaire pour nous habiller. C'est là que j'ose une approche. Tout d'abord par jeu: il a sa serviette autour de la taille et il enlève son maillot. Quand je vois qu'il est nu sous sa serviette, je la lui arrache et la mets dans mon dos. Alors là surprise, il se met face à moi, il ne se cache pas du tout, il commence à bander légèrement, puis il me dit:


— Depuis le temps que tu mates ma bite en cachette et bien maintenant admire la bien!
Puis pour me provoquer un peu plus, il s'attrape sa queue et se met à se branler, lentement, en décalottant bien son gland à chaque fois, il me dit:
— Mets-toi devant la porte pour que personne n'entre.
Alors je vais fermer le verrou, puis je le regarde droit dans la bite. Je n'en peux plus et bande comme un âne.
— Alors tu attends quoi? Sors ta bite et fais pareil!
Je n'en crois pas mes yeux, ni mes oreilles. Alors je baisse mon maillot, lui sors une érection de cheval et me branle aussi.


Il vient vers moi, ne dit rien, mais me chope la bite et se met à me masturber tout en me caressant les couilles. Je me penche alors vers lui, m'agenouille devant son corps et il a compris. Alors il avance son gland sur mes lèvres. J'ouvre la bouche et lui me rentre la queue au fond. Il se met à me bourrer la bouche, puis n'en pouvant plus, il crache son foutre au fond de ma gorge. Je suis tellement surpris que je l'avale; ce n'est pas mauvais.
Pour ne pas être en reste, il se met devant moi et me pompe à son tour. Je ne mets pas deux minutes à lui faire goûter mon sperme à mon tour. Lui aussi l'avale.


— Tu sais, ça fait longtemps que j'ai repéré ton manège pour observer ma queue, en survêtement ou en short ou en maillot. J'avais décidé de voir si tu oserais aller plus loin. C'est pourquoi je me suis appliqué à t'exciter tout à l'heure. Ce n'est pas pour rien que tu as eut le droit à autant de plongeons. Je sais bien que mon maillot sculptait mon corps et que tu n'en loupais pas une miette. Je suis content que tu aies osé. Ça a été super, et si tu veux, on recommencera.


Je ne dis rien mais me mis à le sucer pour lui dire ok. Il ne lui en fallait pas plus pour bander à nouveau dans ma bouche et me remplir le palais une nouvelle fois. D'abord de son gland, et ensuite de son sperme chaud. Cette fois, pour lui montrer mon envie, je continuais à le sucer puis à lui lécher les couilles, et après je lui dis de s'allonger sur le banc, à plat ventre et là, je lui léchais le cul en enfonçant ma langue autant que je pouvais. Il aimait tellement ça qu'il éjacula une troisième fois sans se toucher.

 

finfin


Publié dans : Divers - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Par thierrydeparis
Samedi 9 octobre 2010 6 09 /10 /Oct /2010 16:21

Communauté : Gay infos

recit gay de mathieu

Nous avons pris le petit déjeuner sur la grande terrasse, en plein soleil avec une superbe vue sur un lac. Ensuite, Sammy nous a conduits à son club de golf où nous avons appris les rudiments de ce sport.

 

Ça parait simple mais c’est beaucoup moins évident que ça n’en n’a l’air, d’envoyer cette petite balle dans le trou. Sammy était évidemment beaucoup plus doué que nous. Le plus mauvais était Ethan qui a « réussi » le 3ème trou en 17 essais…

 

Après le neuvième trou, nous avons décidé de commun accord d’arrêter, j’étais 42 coups au dessus du par et les 2 frérots suivaient à une dizaine de coup derrière. Sammy était à 15 au dessus du par, bref, bien loin devant nous !

 

On a un peu joué avec les petites autos électriques qui relient les différents parcours puis on est rentré. Il était déjà midi et demi.

A notre surprise, un copain de Sammy l’attendait chez lui. Sammy nous a présenté Daniel comme étant son meilleur ami.

 

Ce dernier nous a raconté qu’il était rentré ce matin de ses vacances et qu’il s’ennuyait déjà. Sammy l’a invité à passer l’après midi avec nous, au grand déplaisir d’Alex…

 

Et oui, il ne fallait pas être aveugle pour se rendre compte que depuis que Daniel était apparu, Sammy ne regardait plus Alex… Evidemment, celui-ci n’appréciait que moyennement.

 

L’après midi s’est déroulé autour de la piscine avec des jeux, une petite séance de bronzage puis re piscine.

 

Vers 16h, j’ai commencé à lire mon bouquin pendant que les 4 autres faisaient un petit match de water polo. Sammy et Daniel contre les deux frérots.

Ce qui était un jeu au début a dégénéré en bataille rangée entre Alex et Daniel.

 

A un moment, Ethan est venu me trouver car c’était à la limite de la bagarre entre les deux rivaux. De son côté, Sammy ne remarquait rien (ou plutôt faisait semblant de ne rien remarquer).

 

Pour calmer les esprits, j’ai proposé qu’on se fasse un petit sauna. Nous nous sommes donc retrouvé à 5 dans le sauna puis dans le grand jacuzzi. Alex est sorti assez rapidement et est allé bronzer. On se retrouvait donc à 4.

 

Ethan était collé à moi et nous nous caressions discrètement. De l’autre côté, Daniel avait posé sa tête sur l’épaule de Sammy. Comme l’eau était un peu trouble, Ethan s’est aventuré un peu et a saisi mon membre dressé. Il a commencé une branlette en règle. C’était délicieux et je profitais du moment.

 

La tension montait en moi et lorsque j’ai ouvert les yeux, j’ai remarqué qu’en face, Sammy était occupé à la même chose que nous. Ethan avait les yeux fermé et se concentrait sur le plaisir qu’il me donnait.

La vue de Sammy qui trompait sciemment Alex devant moi m’a fait instantanément débander !

 

Je me suis levé, au grand étonnement d’Ethan qui ne comprenait pas. En face, mon geste avait provoqué le retrait de Sammy qui me regardait assez méchamment.

 

Je suis sorti du jacuzzi et je suis monté dans ma chambre. Je me demandais quoi faire.

 

Ethan est arrivé quelques minutes après, un peu apeuré par ma réaction. Il pensait avoir fait quelque chose de mal…

Le pauvre, s’il savait…

 

Mais après tout, il devait savoir ! Je lui ai expliqué ce que j’avais vu dans le jacuzzi. Il était révolté tout comme moi !

 

On en a parlé puis on a décidé que l’on repartirait demain. Maintenant, il allait falloir s’expliquer avec Alex !

 

La tache fut encore plus compliqué que prévu car à partir du moment où l’on est descendu, Sammy n’a pas lâché Alex (pour le plus grand plaisir de celui-ci, d’ailleurs).

 

Sammy nous a servi un apéro puis un autre et ainsi de suite. Au repas du soir, nous avons eu droit à du vin à profusion.

 

Au dessert, au moment des alcools forts, nous n’avions toujours pas eu l’occasion de parler à Alex. D’ailleurs, ce dernier était complètement saoul et rigolait avec Daniel et Sammy.

 

Ethan ne se sentait pas très bien alors j’ai décidé de le reconduire à la chambre. J’ai demandé à alex s’il allait bien

- Pas de problème ! Je gère, cousin !

 

J’ai reconduit Ethan dans la chambre. Là, l’alcool l’avait désinhibé et, après avoir fermé la porte à clé, il m’a regardé d’un air excité… Puis, il m’a littéralement sauté dessus. De mon côté, je n’étais plus tout à fait maitre de mes faits et gestes et j’ai suivi le mouvement initié par mon apollon chéri.

 

Nous avons fait l’amour plusieurs fois avant de sombrer dans un sommeil-coma, repus.

 

A mon réveil, j’avais mal au crane… Je me demandais comment avait évolué la situation du côté d’Alex…

 

 

Depuis que j’étais sorti du jacuzzi, je me sentais mieux.

 

La pression était retombée et je me rendais compte que ma jalousie envers Daniel était tout à fait déplacée !

 

C’est vrai : en fait, ce sont les meilleurs amis. Ils se connaissent depuis longtemps et ils sont contents de se voir après 3 semaines. Et puis, Sammy est son petit ami à lui. Ils ont justement eu le temps de baiser rapidement dans les vestiaires du club de golf…

 

Pendant que Ethan et Seb terminaient de s’habiller, Sammy l’avait sodomisé divinement sous la douche… (J’espère que les 2 autres n’ont rien remarqué)

 

Et ils avaient joui tous les deux. Pour ça, Sammy était doué ! Il l’amenait au septième ciel à chaque fois ! Bref, il n’avait pas de crainte à avoir !

Vers 17h30, Sammy et Daniel sont venu à côté de moi. Ils avaient l’air un peu énervés.

- T’as pas vu Seb ?

- Non, pourquoi ?

- Oh, rien de grave, je voulais juste lui dire que… on prend l’apéritif dans 10 minutes ! D’ailleurs, Daniel, tu peux aller chercher le vin blanc à la cave et 5 verres ?

- OK, je ramène les chips aussi, maître ?

Daniel regardait Sammy de manière bizarre. Sammy l’a regardé d’un air mauvais auquel on ne devait rien ajouter.

- Oui, Daniel, je m’occupe d’Alex… Ok ?

(Petit silence)

- OK, j’ai vais…

 

Lorsque Daniel a été rentré, je me suis inquiété :

- Y’a un problème ?

- non, pas du tout.

 

La fin de l’après midi a été un rêve, Sammy est resté près de moi tout le temps. J’ai appris à connaitre Daniel. Il est en fait super marrant. On a bu 3 apéros avant qu’Ethan et Seb n’arrivent.

 

Ils avaient l’air tendu, ils devaient s’être un peu disputé…

On a rebu 3 autres apéros puis à table, on a vidé 5 bouteilles de vin : 2 blancs et 3 rouges !

 

L’alcool avait détendu l’atmosphère, il me semble. Vers 21h, Ethan ne se sentait pas bien. Seb a proposé de le ramener. Tant mieux, cette fois, ce ne sera pas moi qui dois le ramener !

 

Seb a demandé si je voulais aller dormir mais j’étais trop bien avec mes deux amis.

 

Et puis là, tout s’est enchainé rapidement…

 

Sam et Daniel sont venus m’entourer. Sam a commencé à m’embrasser. Je sentais que Daniel me caressait sous mon tee-shirt. Sam s’est retiré et Daniel a repris sa place. Sa langue s’est insinuée en moi. C’était différent de Sam.

 

L’alcool aidant je n’arrivais pas à le rejeter. Je me suis laissé aller.

 

La suite, ce sont des flashs :

Sammy qui se déshabille. Daniel qui me déshabille.

Sammy qui me demande de le sucer.

Daniel tout nu qui me présente sa queue.

Moi qui les prends alternativement en bouche.

Sammy qui embrasse Daniel en maintenant ma tête sur sa queue.

J’ai envie de pleurer et puis… le noir…

 

 

 

Ce matin, je me réveille sur le canapé, nu dans le salon. Daniel et Sammy ne sont pas là. J’ai mal partout.

 

Je saisi mes vêtements et me dirige vers la chambre de Seb et de mon frère. Arrivé à leur chambre, j’essaie d’ouvrir la porte… Fermée…

 

Je me dirige vers la chambre de Sammy et là, j’entends des sons qui ne laissent pas de doute sur l’activité en cours. J’entrouvre la porte et vois Sammy occupé à enculer Daniel. Celui-ci gémit des « ho yes ! ».

 

Je ferme la porte, m’effondre et commence à sangloter…

En un jour, Sammy, mon amour, mon ange est devenu un démon. Je les déteste, lui et son ami.

 

 

Je me suis levé vers 10h. La première chose que j’ai fait, c’est allez pisser et prendre une double aspirine…

 

J’en ai apporté 2 aussi à Ethan qui était dans un état comateux. Il était blanc comme neige et avait des nausées… Bref, un bonne gueule de bois !

 

Il m’a regardé en souriant :

- On devrait boire plus souvent, j’ai passé une fin de soirée formidable !

- Moi aussi… je me rappelle plus de tout mais ce dont je me rappelle était… savoureux !

- Tu étais très en forme !

 

Ce commentaire m’a fait rougir…Nous avons pris une douche chaude. Ça faisait du bien.

 

Puis, nous sommes descendus dans la cuisine. La bonne était occupée à ranger le salon.

 

Je lui ai demandé si les autres étaient déjà descendus. Elle ne les avait pas vus.

 

Nous avons déjeuné avec de bons croissants au Nutella puis Ethan a décidé d’aller réveiller Alex.

 

Dix minutes plus tard, il est revenu bredouille. Il avait regardé dans toutes les chambres et il n’avait trouvé personne.

Il a essayé de sonner sur le portable d’Alex mais pas de réponse… Bizarre.

 

Nous sommes sortis le long de la piscine et nous avons attendu. Ethan était anxieux.

 

Vers midi, Alex, est apparu. Il avait des cernes énormes sous les yeux.

 

Ethan a bondi sur son frère.

Ethan - Alex ! T’étais où ?

Sammy est arrivé à ce moment là, accompagné de son ami Daniel.

Alex- J’ai fait une ballade. J’avais besoin de réfléchir

Alex regardait vers le sol et ne disait rien. Je sentais que quelque chose n’allait pas…

Seb- Ça va bien Alex ?

C’est sammy qui a répondu à sa place

Sam- T’en fais pas ! Il a la tête dans l’cul et il doit être crevé ! On n’a quasi pas dormi de la nuit !

 

J’ai lancé le sujet :

Seb- On aimerait bien continuer notre tour… ça te dérange Sammy, si on repart demain à la première heure ? Bien entendu, si Alex est d’accord. (je me suis retourné vers Alex pour voir sa réaction)

Alex- je suis d’accord ! On peut même partir après le déjeuner !

 

La phrase était venue d’un coup, rapidement… trop rapidement…

Seb - Si vous voulez, on peut vous laisser un peu de temps à deux…

Alex- Non, ça ira ! On a fait nos adieux ce matin…

 

Sam regardait Alex, un peu étonné de cette réponse.

 

Il a emmené Alex pendant que l’on a terminé nos bagages.

 

Autant Ethan que moi-même étions surpris de leur réaction. Daniel s’était effacé et nageait.

 

Nous avons fait nos bagages puis nous avons déjeuné. Vers 14h, nous étions prêts à partir. Les adieux ont été rapides… Alex et Sammy se sont à peine regarder. L’atmosphère était lourde.

 

En démarrant, j’avais une sensation très bizarre. Alex ne parlait pas. Ethan n’arrêtait pas de me regarder en haussant les épaules pour me demander de lui expliquer…

 

En quittant la propriété, Alex a fondu en larme.

- Roule Seb ! Roule très loin d’ici !

 

J’ai exaucé son vœu et j’ai appuyé sur le champignon

 

 

Alex nous a juste demandé de ne pas lui poser de question et de rouler pour s’éloigner le plus loin possible…

 

Ethan essayait de réconforter son frère. En vain. Il sanglotait.

 

Nous nous sommes arrêtés à Saint Louis, dans un petit motel. J’ai acheté des pizzas et nous avons mangé en silence.

 

Pendant qu’Ethan prenait sa douche, j’ai essayé de faire parler Alex mais je me butais à un rock. Il me suppliait de ne pas lui poser de questions.

Je l’ai pris et serré contre moi. Il s’est apaisé un peu et a arrêté de sangloter.

De commun accord avec Ethan, nous lui avons donné un petit somnifère et nous l’avons mis coucher.

Il s’est endormi d’un lourd sommeil en nous laissant tous les deux perplexes.

- Je n’ai jamais vu Alex comme ça ! D’habitude c’est un gros dur !

- Je suppose que le fait qu’il ait dû quitter Sammy y est pour quelque chose…

- Je voyais qu’il était amoureux mais pas à ce point là…

- premier chagrin d’amour… ça va passer… Enfin ,j’espère…

- on a bien roulé aujourd’hui, non ?

- Ouais, pas mal… 450km avec la gueule dans le cul, je suis vanné, moi !

- Un petit massage avant de dormir ?

- Pourquoi pas ?

 

Ethan et moi avons fait l’amour tendrement, dans le petit salon pendant qu’Alex dormait…

Ensuite, crevé, nous nous sommes endormis dans notre lit « king size ».

 

Fin


Publié dans : Divers - Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire

Boutique gays

                                 

gode ttbm 2 gays

Rechercher

Liens gays

Images Aléatoires

  • pipe dans la rue
  • glory hole-copie-1
  • beau bresilien au yeux vert
  • belle bite
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés